20/11/2007

Poésie existes-tu encore?

Poésie existes-tu encore ? 
Faut-il te dire adieu, céleste poésie,  
Mère de la jeunesse et des amours !  
Faut-il que loin de moi, ta coupe d'ambroisie  
S'incline et tombe; et pour toujours !  
Reviens bercer mes nuits, ô ma chaste déesse,  
Rends à mon coeur un peu d'espoir,  
Et souviens-toi, dans les jours de tristesse  
Que je compte ; sur ton pouvoir !  
Reviens, si ta source n'est pas tarie  
Que je boive à longs traits les pleurs de tes beaux yeux  
Laisse effleurer par ma lèvre flétrie ;  
Ton front si pur et pourtant soucieux.  
Te souviens-tu des jours, où nous marchions ensemble ?  
Dans le frais sentier des amours,  
Quand ma main dans ta main comme un enfant qui tremble  
Je m'assurais de ton secours !  
Tu rayonnais alors de la gloire immortelle,  
Tout s'éclairait sur ton chemin  
Et mes yeux, éblouis par ta flamme éternelle  
Tremblaient ; sous ton charme divin.  
Non, ta flamme ne peut s'éteindre  
Sous les ruines de nos deux coeurs,  
Ni le temps ne saurait atteindre ;  
Ton réveil tardif et vainqueur !  
Éric Malpas.  

14:41 Écrit par Po dans Mes poèmes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

l'ondée qui tombe des nuées.

L'ondée qui tombe des nuées  
L'ondée qui tombe des nuées  
A tout mouillé mon bel habit  
Je grelotte et j'ai froid depuis  
Pourtant nous sommes en été.  
De très gros nuages chargés  
Enfermant madame la pluie  
L'ondée qui tombe des nuées  
A tout mouillé mon bel habit.  
Et me voilà bien trempé  
Mais ce n'est pas grave et je ris  
L'eau est nécessaire à la vie  
Elle a bien rempli les fossés  
L'ondée qui tombe des nuées.  
Éric Malpas.©

14:37 Écrit par Po dans Mes poèmes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Prends cette belle rose.

Prends cette belle rose  
Prends cette belle rose  
Que j'aie cueilli tantôt  
Du jour à peine éclose.  
M'amie, t'aimer je n'ose  
Est-ce peut-être sot?  
Prends cette belle rose.  
Et dans mon coeur reposent  
De bien étranges maux  
Du jour à peine éclose.  
Mon âme est morose  
Ne suis-je pas assez beau?  
Prends cette belle rose.  
Manque t'il quelque chose?  
Sans doute quelques mots!  
Du jour à peine éclose.  
Mon amour, pour toi, explose  
Je vais mourir bientôt  
Prends cette belle rose  
Du jour à peine éclose.
  
Éric Malpas.©

14:34 Écrit par Po dans Mes poèmes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |