20/11/2007

Yasmine et Rachid.

YASMINE ET RACHID   


Il était une fois, une riche princesse   
Qui malgré ses trésors s'ennuyait à mourir   
Elle s'appelait yasmine et vivait à Meknés,   
C'était la fille d'un très puissant émir.   
Mais la pauvre petite était bien malheureuse   
Car elle ne pouvait pas sortir de son palais   
Elle ne riait jamais elle était ténébreuse   
Elle était seule au monde, dans sa prison dorée.   
Un soir un beau garçon passa sous sa fenêtre   
Il s'appelait rachid et était chamelier   
Lorsqu'il la vit ainsi si triste et si secrète   
Il en fut très ému, et se mit à pleurer.   
Et la belle princesse se dit en elle même   
Enfin voilà quelqu'un qui se soucie de moi   
Quelqu'un qui avec son coeur sait me dire je t'aime   
Depuis que je suis née, c'est la première fois.   
Elle lui dit quelques mots il se voila la face   
Puis sans se retourner il passa son chemin   
La nuit tout doucement du jour prenait la place,   
Et des chants religieux s'élevaient au lointain.   
Soudain dans les cieux sombres une lueur naquit   
Des milliers de rayons embrasèrent la nuit   
C'est alors que prit forme un ange aux longues ailes   
Qui dit d'une voix douce, qui donc ici m'appelle?   
Rachid émerveillé toucha l'apparition   
Sans doute rêvait-il c'était une vision!   
Mais l'ange répondit non je suis bien réel,   
Tel un oiseau volant tout là haut dans le ciel.   
Je suis venu vois-tu pour arrêter le temps   
Tu aimes yasmine qui n'est pas de ton rang   
Toi tu es pauvre et tu n'as pas d'argent   
Elle elle est très riche mais je sais qu'elle t'attend!   
Tu as fui son amour en te voilant la face   
Pourtant un seul regard a embrasé ton coeur   
Cet amour impossible, regarde le en face   
Car si je suis ici c'est pour votre bonheur!   
Va donc la retrouver cette belle princesse   
Et donne-lui l'amour qu'elle n'a jamais eu   
Ne la fais pas attendre, allez va le temps presse   
Va donc retrouver celle qui sans toi est perdue.   
Éric Malpas. © 

10:22 Écrit par Po dans Mes poèmes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.