20/11/2007

Le vase.

Le vase. 
Richement décoré de rubis et d'opales
Un vase est exposé sur un beau guéridon
Juché en haut d'un superbe pied d'estale
C'est le plus bel objet d'une grande maison.

Modestes sont ses formes mais grande est sa beauté
Mélange harmonieux de teintes embrassées
Pêle-mêle mêlées par les mains aguerries
D'un expert joaillier et maître en poterie.

Il a traversé le temps sans s'éroder
et a dû accueillir de très nombreux bouquets
Car son fond est couvert d'une épaisseur blanchâtre
Signe de la présence de calcaire et de tartre.

Même dans la pénombre il capte les rayons
Du soleil qui traverse jalousies et persiennes
Et ses pierres précieuses éclairent le salon
D'une douce lumière enivrante et sereine.

Est-ce un vase Romain Etrusque ou bien Grec
personne ne le sait et il reste un mystère
Car sa morphologie n'a aucun lien avec
Toutes formes connues fabriquées sur la terre.

Moi je sais d'où il vient ce vase fabuleux
Il vient d'une planète perdue dans les étoiles
D'une autre galaxie ignorée de nos yeux
Très bien dissimulée derrière un large voile.



Éric Malpas. ©

15:26 Écrit par Po dans Mes poèmes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.