20/11/2007

Le temps était superbe.

Le temps était superbe
Le temps était superbe, et l'été rayonnait 
En ce jour du six août mil neuf cent quarante cinq 
Des milliers de personnes encore alitées 
Hélas! ignoraient tout, de leur sombre destin. 
Quarante trois secondes pour produire l'horreur 
Quarante trois secondes où le monstre d'acier, 
Largué d'Énola Gay perdu dans les nuées 
Allait semer la mort; et son lot de malheurs. 
Un bruit assourdissant se propagea dans l'air 
Et un souffle puissant s'étendit sur la terre 
Dans l'hôpital Shima, une boule de feu 
Naquit de Little Boy qui descendait des cieux. 
Soixante quinze mille âmes périrent 
En un instant: Femmes, hommes, vieillards, enfants 
Victimes silencieuses de cette folie ivre; 
Mettant ainsi un terme au projet Manatthan. 
Ô toi Genbaku dôme, tu pleures en silence 
Sur ce vil génocide et sur Hiroshima 
Ton jardin de la paix, symbole d'espérance 
Chuchote dans le vent: Humains, plus jamais ça! 
Le temps était superbe et les oiseaux chantaient 
Les enfants dans les rues riaient et s'amusaient 
Les couples amoureux, s'embrassaient tendrement 
Mais Little Boy Hélas! brisa l'enchantement. 
Éric Malpas. © 

10:59 Écrit par Po dans Mes poèmes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.